MOUV’MEN FOULAR MAWON / Là où tout à commencer


En 1910 été accordés aux métropolitains qui allaient travailler dans les colonies les congés bonifiés, majorations de traitements, primes d’installations, primes d’éloignements, logements de fonctions et autres indemnités spécifiques. Cela leur permettait de garder un lien avec leurs familles et de combler les manques divers.

Le pouvoir colonisateur ne s’est pas arrêté avec la libération du monde en 1944. C’est alors que Aimé Césaire le 14 mars 1946 fait adopter à l’unanimité par l’Assemblée Nationale la loi qui transforme ses possessions en départements d’outre-mer, il changera ainsi la politique dite de « l’assimilation » en la nommant « départementalisation ».

Ce sont les 4 vieilles colonies françaises qui ont été érigées en départements : la Guyane, la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion. Les principes des droits d’égalité de traitement, entre métropolitains et coloniaux, étaient alors obtenus grâce au nouveau statut de DOM.

Dans un même temps l’égalité de traitement passait aussi par l’éducation. L’état s’est occupé d’éduquer les enfants en créant un lien de filiation avec la mère patrie pour les faire se sentir Français à part entière, quitte à nous inculquer que nos ancêtres étaient Gaulois, étouffant ainsi nos histoires propres à chacun de descendants d’esclaves et le passé colonialiste.

Après la décolonisation des départements d’outre-mer pour remédier à la surpopulation des DOM et à la désertification de 64 départements hexagonaux, l’Etat a organisé une “immigration interne”. Ainsi, des milliers de personnes mais aussi des enfants ont été arrachés à leur famille pour des raisons démographiques.

On connait maintenant l’histoire « des enfants de la Creuse », du « BUMIDOM » des années 60 à 80 qui ont conduit aux forfaitures, mensonges et douleurs.

C’est 70.000 domiens déplacés par le biais du BUMIDOM

et à l’inverse, on envoie en outre-mer des fonctionnaires métropolitains bien payés, chargés d’encadrer la vie de ces régions, les éloignant tous de leurs centres d’intérêts moraux et matériels.

Toutefois, pour que l’égalité entre domiens et métropolitains soit effective, 3 grèves ont été menées 1947, 1950 et 1953. Le décret ne vu le jour qu’en 1978.

C’est pourquoi, 70 ans après, soit 3 générations plus tard, l’actuel gouvernement souhaite balayer ce passé par soucis d’équité avec l’hexagone et ainsi réformer entièrement ce pour quoi celles et ceux qui nous ont précédés s’étaient battus : l’égalité réelle.

Eu égard aux déracinements, les manipulations, les immigrations forcées et organisées par “papa Debré”…

Nous nous devons de nous battre pour nos acquis, ils n’ont pas été volés !